C.P.E. Bach : Concertos pour violoncelle

Carl Philip Emanuel (1714-1788) : Concertos pour violoncelle + Symphonie H.648
  
Jean-Guihen Queyras (violoncelle / cello), Ensemble Resonanz, Riccardo Minasi, dir.
  
Label : Harmonia Mundi Référence : HMM902331    Code-barres / Barcode : 3149020233122

Revue de presse / Press review

Après un recensement d’une douzaine de critiques – si l’on tient compte du bis du magazine Diapason qui sous la plume de Vincent Agrech décerne à l’enregistrement la mention de « disque de l’année 2018 » dans la catégorie « Concerto » – on peut écrire que le travail du violoncelliste Jean-Guilhem Queyras accompagné de l’Ensemble Resonanz dirigé par Ricardo Minasi a été bien accueilli et loué par toutes et tous. La liste de ces critiques chevronné(e)s est fort longue : Charlotte Gardner (Gramophone), Michael Di Sapio (Fanfare), Gaëtan Naulleau (Diapason), Marc Vignal (Classica), Pierre Fontenelle (Crescendo), David W. Moore (American Record Guide). Ajoutons enfin Jean-Pierre Robert du Webzine ON mag.

Les concertos pour violoncelle du fils aîné de  Bach, même si composés entre 1850 et 1853, sont comme à l’orée de ce qui va s’effectuer graduellement entre la période baroque et le classicisme à venir.

L’utilisation de cordes en métal par l’Ensemble Resonanz et par le violoncelliste a été critiquée par certains mais a toutefois été généralement bien accueillie par l’ensemble des analystes, Pour paraphraser Harnoncourt, comme nous le rappelle si bien Vincent Agrech (Diapason # 674) :  » ce n’est pas l’instrument qui compte mais ce que vous en faites ».  

Parmi tous les honneurs reçus mentionnons tout d’abord le Diapason d’Or décerné au mois de juillet 2018 par le magazine français Diapason # 670.Gaëtan Naulleau met beaucoup en relief la complexité qui existe entre le chef de l’ensemble Resonanz, Ricardo Minasi et le violoncelliste. Ils parviennent haut la main dans les deux concertos de CPE Bach (Wq. 170 et 172) à « organiser l’exubérance ». « Enivrant » ajoute-t-il. Dans cet enregistrement Minasi transforme son ensemble en « … agent provocateur, qui décoche gifles et pieds de nez sous les tirs du soliste ».

Marc Vignal nous propose deux critiques quelque peu distinctes l’une de l’autre. Tout d’abord chez Classica (# 205, 09/2018) (Note: 4) il manifeste beaucoup d’enthousiasme pour l’enregistrement. Les concertos, écrit-il, « … sont interprétés avec une vigueur rythmique rare, des accents pointus et une admirable mise en valeur des lignes sonores ». Son appréciation du même CD chez Musikzen (06/2018) est par ailleurs plus réservée.

Charlotte Gardner (Gramophone 07/2018) se montre également très appréciative du travail de l’ensemble Resonanz qui démontre beaucoup de  » sensibilité musicale et de panache intellectuel ». Nous avons ici une interprétation  dont « les tempos sont vifs mais jamais trop exagérés ». Ce disque en fait se classe parmi les préférés de la critique. 

Chez Fanfare (42:2, 11/12-2018) Micheal De Sapio démontre quant à lui beaucoup d’intérêt pour ce CD. Tout en soulignant les mérites de Resonanz c’est surtout le brio et le panache du violoncelliste qu’il met en évidence: « Ce qui rend ce disque si attachant c’est le jeu sensible, poétique et jamais ostentatoire de Jean-Guilhem Queyras. Un superbe CPE Bach ».

Chez American Record Guide (09/18) la critique de David W. Moore, tout en étant succincte, est par ailleurs fort louangeuse. Son seul regret: l’absence de cet autre concerto de CPE Bach qui aurait pu être ajouté à l’enregistrement.
Accueil très positif de la part de Joanne Talbot du magazine The Strad. Affichant une belle complicité avec l’ensemble Resonanz que dirige Ricardo Minasi, Queyras nous livre des interprétations qualifiées de « compelling and idiomatic » (envoutantes et fort typées).Finalement il convient de citer un large extrait du commentaire que nous propose Jean-Pierre Robert sur le site de On-Mag. « La palette de Jean-Guihen Queyras est superbe. La générosité expressive et la maîtrise technique comme le souci des accents et des exigences causées par les fréquents écarts dynamiques apportent à ces exécutions une aura de grandeur, loin de toute virtuosité ».

Pour consulter l’une ou l’autre critique cliquez le lien ci dessous:

http://www.classicalacarte.net/Production2018/Production_07_18/production_07_18.htm#Bach, C.P.E. : Concertos pour violoncelle

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s